vendredi 24 mai 2013

#Gabon: Open letter to participants at New York Forum Africa

Open letter to the participants of NYFA 2

Dear Mr. or Mrs.,

You have been approached by Mr. Richard Attias to participate, in Gabon, to the second edition of the New York Forum Africa (NYFA) whose only aim remains the glorification of Ali Bongo.

We believe, in many ways, that we share the same values. Like you, we believe in democracy. Like you, we are committed to freedom of expression. Like you, we believe that the state should be strong and just, that it must protect the weak as well as guaranty the security of the strong. Like you, we hope that Africa will eventually wake up and offer its people's the quality of life to which they legitimately aspire. Like you, we love scientific, technological and societal progress.

However, it is our duty to remind you that Gabon is a republic and not a hereditary monarchy. We must remind you that Ali Bongo succeeded his father, who ruled Gabon for more than four (4) decades in scabrous conditions all the while making use of force. We must remind you that the arrival of Ali Bongo at the head of Gabon was done through the spilling of Gabonese blood, citizens who fell under the bullets of an army turned into a private militia led by members of Ali Bongo’s kinship. These historical and verifiable facts cannot be ignored by you.

We will not insult you by presenting a synopsis of the human rights situation and more widely of the governance in Gabon. Because we are convinced that you know about it as much as we do.

We firmly believe that you know that Gabon is a country where corruption, embezzlement of public funds, illicit enrichment have been erected as governance principles.

We are confident that you know that the Gabonese justice system is exploited for political and personal purposes.

We are convinced that you know that the press is harassed and systematically repressed by a national council of communication obeying the regime’s orders.

We are certain that you have heard of this barbaric practice called "ritual crimes." Yes, we are convinced that you know that since the advent of Ali Bongo to power, we are witnessing a resurgence of ritual crimes with total impunity of perpetrators and sponsors. Should we point out that these crimes consist of the removal, while the victim is still alive, of organs (eyes, tongue, clitoris, lungs, heart, blood ...) for witchcraft? We know that the ritual crimes are sponsored by those in power in search of glory, power and money. Should we tell you that ministers of the current government, people known to be very close to Ali Bongo, have been named in these cases without him being the least bit concerned? That in April 2013, the government forbade a march by the civil society against human sacrifices and the forces of repression broke up a similar march and arrested activists on Saturday, 11 May 2013.

We inform you that our fight against the scourge of ritualcrimes in Gabon has earned us the support of cyber activist group “Anonymous” in a warning message sent on April 13 to the Gabonese ruling class, and that we continue to fight for justice.

We are therefore asking what meaning to give to your presence in Gabon. We have to wonder what importance those who support Ali Bongo still give to citizens and human rights. We are left wondering if the values you profess are universal; whether what is valid in other latitudes is also valid for us? How should we interpret the fact that you are willing to come endorse an anti-democratic, illegitimate brutal power which denies to many Gabonese their civil and political rights only because they said loudly and clearly their opposition to the monarchic devolution of power?

How can we explain that you are indifferent to the fate of our children whose throats are slit for witchcraft?

How to explain that people chose to close their eyes on the fact that our children are packed in classrooms of more than 100 students? That Ali Bongo, neglecting to build a single school since he came to power, is using stadium locker rooms for classrooms?

How can we justify that you are ready to be associated to a costly event in a country where women still give birth on the floor, and students of the only university in the country are studying in more than deplorable conditions (see report by France 24, Les Observateurs, published April 6, 2013)?

Convinced that you carry within you the noble values of humanity, freedom, equality of opportunity and that you put human dignity above all, we ask you to reconsider in all conscience whether you should participation to the NYFA.

On May 19, we welcomed with satisfaction, the withdrawal of U.S. director Spike Lee. This is quite in his honor. Therefore, we appeal to your conscience, to your humanity and we ask you to refrain from taking part in this event which is a pure communication operation to the glory of Ali Bongo. Except, of course, if you think that the results of the first edition of the NYFA have been beneficial in a tangible and pertinent way. For us, we do not absolutely see how that edition benefitted the people of the world, of Africa or of Gabon. We know that you have a sense of history and ask you to analyze the historical significance of your participation in this event. Because the Gabonese people would be much honored to welcome you in other circumstances, we affirm that your participation in this event will be for us a clear positioning against the Gabonese people.

For good practices, please note that the content of this letter will be communicated to the media and civil society and human rights organizations worldwide.

We hope you understand our approach.

Please accept, Madam, Sir, the assurance of our regards.

For the Movement of Gabonese Indignants, Mr Grégory Ngbwa Mintsa, 2009 & 2010 Transparency International Integrity Prize Winner- contact : +241 06 24 61 57

For the Women Collective Against Ritual Crimes, Mrs Blanche SIMONNY ABEGUE - contact: +241 06 49 08 39

For the citizen Movement « ça suffit comme ça », Mr Marc ONA ESSANGUI, Goldman Prize Winner 2009 – contact +241 07 29 41 40

#Gabon: Lettre ouverte aux participants du New York Forum Africa

Lettre ouverte aux participants du NYFA 2013

Libreville, le 13 avril 2013

Madame, Monsieur,

Vous avez été pressentis par M. Richard Attias pour prendre part, au Gabon, à la deuxième édition du New York Forum for Africa (NYFA), du 14 au 17 juin 2013, dont l’objectif ultime demeure la glorification d’Ali Bongo.

Nous sommes convaincus, à bien des égards, que nous partageons les valeurs que vous défendez. Comme vous, nous croyons en la démocratie. Comme vous, nous sommes attachés à la liberté d’expression. Comme vous, nous croyons que l’État doit être fort et juste, qu’il doit protéger les faibles et garantir la sécurité des puissants. Comme vous, nous savons que l’Afrique finira bien par s’éveiller et par offrir à ses populations la qualité de vie à laquelle elles aspirent légitimement. Comme vous, nous soutenons les progrès scientifiques, technologiques et sociétaux.

Cependant, nous nous devons de vous rappeler que le Gabon est une République et non une monarchie dynastique. Nous nous devons de vous rappeler qu’Ali Bongo a succédé à son père qui a dirigé le Gabon pendant plus de quatre décennies, dans des conditions scabreuses et en faisant usage de la force. Nous nous devons de vous rappeler que l’arrivée d’Ali Bongo à la tête du Gabon s’est imposée au prix du sang des Gabonais, tombés sous les balles d’une armée transformée en milice privée et dirigée par des membres de la parentèle d’Ali Bongo. Ces faits historiques et vérifiables ne peuvent être ignorés de vous.

Nous ne vous ferons pas l’injure de dresser un tableau exhaustif de la situation des droits humains et plus largement de la gouvernance au Gabon, car nous sommes convaincus que vous en savez autant que nous.

Nous croyons fermement que vous savez que le Gabon est un pays où la corruption, les détournements de deniers publics, l’enrichissement illicite ont été érigés en principes de gouvernement.

Nous sommes convaincus que vous savez que la justice gabonaise est instrumentalisée à des fins politiques et personnelles.

Nous sommes convaincus que vous savez que la presse est l’objet de harcèlement et de répressions systématiques de la part d’un Conseil National de la Communication aux ordres.

Nous sommes convaincus que vous avez entendu parler de cette pratique barbare de sacrifices humains pudiquement nommée "crimes rituels". Oui, nous sommes convaincus que vous savez que depuis l’avènement d’Ali Bongo au pouvoir, nous assistons à une recrudescence des crimes rituels dont les coupables et les commanditaires jouissent d’une impunité totale. Devons-nous vous signaler que ces crimes consistent à prélever, à vif, les organes d’un individu (yeux, langue, clitoris, poumons, cœur, sang…) à des fins fétichistes ?
Nous savons que les crimes rituels sont commandités par les hommes du pouvoir, à la recherche de la gloire, du pouvoir et de l’argent. Devons-nous vous indiquer que des ministres du gouvernement actuel, réputés proches parmi les proches d’Ali Bongo, ont été nommément cités dans ces affaires sans que ce dernier ne s’en émeuve le moins du monde, qu’en avril 2013, le gouvernement a interdit l’organisation d’une marche pacifique de la société civile contre les sacrifices humains et que les forces d’oppression ont dispersé et gardé à vue les manifestants de celle qui s’est, malgré tout, tenue le samedi 11 mai dernier ?

Nous vous informons que notre lutte contre le fléau de crimes rituels au Gabon nous a valu le soutien des cyberactivistes Anonymous dans un message d’avertissement envoyé le 13 avril dernier au pouvoir, et que nous continuons à nous battre pour que justice soit faite.

Nous en sommes donc à nous demander quel sens prendra votre présence au Gabon. 

Nous en sommes à nous demander quelle part les cautions d’Ali Bongo réservent-elles au respect des droits des citoyens et de la vie humaine. Nous en sommes à nous demander si les valeurs que vous professez ont une portée universelle, si ce qui est valable sous d’autres latitudes l’est aussi chez nous. Comment devons-nous interpréter le fait que vous soyez prêts à venir cautionner un pouvoir illégitime, brutal, anti-démocratique et qui prive de nombreux Gabonais de leurs droits civils et politiques au seul prétexte qu’ils ont affirmé haut et fort leur opposition à une dévolution monarchique du pouvoir ?

Comment expliquer que vous soyez indifférents au sort de nos enfants égorgés à des fins fétichistes ? Comment expliquer que l’on puisse fermer les yeux devant le fait que nos enfants s’entassent dans des salles de classes de plus de cent élèves, qu’Ali Bongo n’ayant pas jugé utile de construire une seule école depuis son accession au pouvoir en vienne à réquisitionner les vestiaires d’un stade de football en guise de salles de classe ?

Comment comprendre que vous soyez prêts à vous associer à une manifestation onéreuse dans un pays où des femmes accouchent encore à même le sol et où les étudiants de l’unique université du pays étudient dans des conditions plus que déplorables (cf. reportage de France 24, Les Observateurs, diffusé le 6 avril 2013) ?

Convaincus que vous portez en vous les nobles valeurs d’humanité, de liberté, d’égalité de chances et que vous placez la dignité humaine au-dessus de tout, nous vous demandons d’examiner, en conscience, l’opportunité de votre participation au NYFA. 

Nous en appelons à votre conscience, à votre humanité et vous demandons de renoncer à prendre part à cet événement qui n’est que pure opération de communication à la gloire d’Ali Bongo. Sauf, bien entendu, si vous estimez que les retombées de la 1ère édition du NYFA sont pertinentes et tangibles. Pour notre part, nous ne voyons absolument pas en quoi cette édition a profité aux peuples du monde, d’Afrique ou du Gabon. Nous savons que vous avez le sens de l’histoire et vous demandons d’analyser la portée historique de votre participation à cet événement. Parce que le peuple gabonais serait très honoré de vous accueillir en d’autres circonstances, nous affirmons que votre participation au New York Forum Africa sera, pour nous, une prise de position ouverte contre le peuple gabonais.

Pour la bonne règle, nous vous informons que le contenu de la présente sera communiqué à la presse et aux organisations de la société civile et de défense des droits de l’Homme à travers le monde.

Nous espérons que vous comprenez notre démarche.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées.

Pour le Mouvement des Indignés du Gabon, Grégory NGBWA MINTSA, Prix de l’Intégrité Transparency International 2009 et 2010 - contact : +241 06 24 61 57

Pour le Collectif des femmes contre les crimes rituels – contact : Mme Blanche SIMONNY ABEGUE +241 06 49 08 39

Pour le mouvement citoyen « ça suffit comme ça », Marc ONA ESSANGUI, Prix Goldman 2009 - contact : +241 07 29 41 40

jeudi 23 mai 2013

#Gabon: Emergence, le riche concept qui ne paye pas

Emergence, le riche concept qui ne paye pas

Côté pile, le Gabon macroéconomique et ses résultats dignes de gurer dans les manuels - très en vogue - de "l’Afrique qui gagne" : la croissance devrait s'établir à 5,5% en 2013 (7,2% en 2012), contre 2% en moyenne sous l’ère Omar Bongo. Ce pays dispose par ailleurs de plus de six mois de réserves de change, ache un endettement extérieur modéré et un PIB par habi- tant de 10 000 $. L’envers du décor est beaucoup moins atteur. Alors qu’Ali Bongo multiplie les chantiers dans le cadre de sa "politique de l’émergence", l’Etat gabonais, à cours de cash, dispendieux et mal géré, peine à nancer la plupart des projets. Le stade de la faisabilité est rarement dépassé, ce qui confère au chef de l’Etat le sobriquet de "président des maquettes". A cela s'ajoute un climat d'aaires défavorable, qui contraint actuellement nombre d'entreprises à réduire la voilure. Quand elles ne menacent pas de quitter le pays. Enquête.

Réveil douloureux après la CAN. 

Bien qu'elle ait été un succès sur le terrain, la Coupe d’Afrique des nations organisée en 2012 illustre les profondes carences de l’Etat dans la gestion des nances publiques. Mobilisées sur cette manifestation, les entreprises nationales de BTP n'ont toujours pas recouvert la totalité de leurs créances. L'ardoise dépasse 100 milliards F CFA. De nombreux opérateurs locaux (Entraco, Socoba-EDTPL, etc.) sont sous pression. Pour se faire régler, d'autres groupes n'hésitent plus à passer par le "circuit court" (terme utilisé pour décrire la possibilité de faire avancer un dossier au Trésor en soudoyant les fonctionnaires).

L'énergie sous tension.

Les grands groupes internationaux sont aussi victimes du climat ambiant. Bouc-émissaire du régime et cible favorite de la presse gouvernementale, la SEEG, liale de Veolia (51%), ne parvient pas davantage à se faire payer. Le 13 mai, elle a même eu droit à une violente sortie d’Etienne Ngoubou. Le ministre de l’énergie a clairement soulevé l'hypothèse de la dénonciation de la convention de concession signée en 1995 avec le groupe français. Dès 2014, le gouvernement entend créer une société de gestion du patrimoine dans le domaine énergétique avec une prédominance de capitaux nationaux. En attendant, la SEEG attend quelque 12 milliards F CFA correspondant au forfait de distribution gratuite d'eau prise en charge par l'Etat. Un échéancier a été signé début avril avec le gouvernement de Raymond Ndong Sima. Mais les autorités refusent de l'honorer… D'autres sociétés ne sont pas mieux loties. Après la construction de la centrale thermique d'Alénakiri (70 MW), l'israélien Telemania rechigne à eectuer l’entretien courant face à l'ampleur de ses créances. Emblématique de cet environnement dégradé : des groupes internationaux comme le géant de l’agro-industrie Olam, pourtant prompt à mettre en avant ses réalisations au Gabon, vient de reporter la construction d’une usine de fertilisation à Port-Gentil, seconde ville du pays.

Perspectives pétrolières troubles.

La situation n’est guère plus reluisante dans le pétrole. Les autorités sont animées du souci de faire monter les intérêts nationaux. Légitime. Mais la manière forte utilisée déstabilise durablement ce secteur stratégique, tout en raidissant les investisseurs étrangers. Le Gabon s'apprête d'ores et déjà à connaître un retentissant procès devant la CCI, à Paris, pour avoir réquisitionné en 2012 le champ Obangue opéré par Addax. Cette chasse aux sorcières et les grèves à répétition expliquent en partie la baisse des résultats de Total Gabon. Opérateur historique, le groupe français ache au premier trimestre un repli de son chire d'aaires (- 6%, à 390 millions $) et de son résultat net (- 4%, à 73 millions $). Signe de crispation, Petro-Gabon menace de ne plus approvisionner certaines centrales suite à des impayés. Enn, s'il répond à une stratégie plus globale de désengagement du continent africain, le départ de BHP Billiton du Gabon s'explique surtout par sa lassitude à attendre l'établissement d'une convention lui permettant d'opérer le gisement de fer de Belinga (300 000 tonnes/an).

Source: La Lettre du Continent No 659, 22 Mai 2013.