jeudi 26 mars 2015

#Gabon: Message to Kool & The Gang: Avoid dictator deatheater, Ali Bongo

This was sent earlier by email to: koolandthegang@redlightmanagement.com

Hello,

People of Gabon are outraged by the attitude of Kool & The Gang which accepted to go to Gabon and entertain dictator Ali Bongo and the whole corrupt Bongo family and their friends. You may want to raise money for kids in your hometown, but you have to know that you have chosen the WRONG partners for your fundraising! The people of Gabon have been suffering for too long (47 years) under the dictatorship of the Bongo family, and you dare to come, in the middle of a deap social crisis, to entertain a dictator and his rich friends! This is outrageous!

You must know that when Ali Bongo invite you in Gabon, the ultimate goal is still very much the glorification of his person.

You might have had good intensions in deciding to come to Gabon, and Ali Bongo and his friends must have told you (in bad faith) that Gabon is a beautiful country and everything is going great there. However, you must be reminded that Gabon is a republic and not a dynastic monarchy. You must be reminded that Ali Bongo succeeded his father who ruled Gabon for more than four decades, in scabrous conditions and by making use of force the way to maintain people in 'slavist' style of leaving. You must be reminded that the arrival of Ali Bongo as the head of state in Gabon was imposed upon the price of Gabonese blood, who fell under the bullets of an army transformed into a private militia and led by members of the Ali Bongo family. These historical and verifiable facts cannot be ignored by you.

You must do your homework before accepting invitations abroad. Just a quick research online should have shed some lights upon what you could be putting yourself into. Ask Spike Lee after he was invited to come to New York Forum Africa few years back, and he had to back down. You should know better aboutthe  Bongo family record on human rights violations.

Gabon is a country where corruption, embezzlement of public funds and illicit enrichment, have been elevated into principles of governance. You must know that the gabonese justice system is used for political and personal purposes.

You must know that the press is subject to systematic harassment and repression from a National Communication Council at the Bongo regime’s orders.

Few online clicks could have helped you uncover the barbaric practice of human sacrifices, euphemistically called “ritual crimes“. Yes, ritual killings involve children, like the very ones you are trying to raise funds for in your hometown. Just few days ago, 4 children, age 3 to 6, yes babies, were found dead in a car trunk. Their blood has been sucked out, drained! You can imagine for what purpose, as politicians in Gabon believe harvesting human organs and blood, including children, when they are still alive, is good amulets that will  make them rich, stay in power and live longer! This is the tip of the iceberg gentlemen!

You must know that since the advent of Ali Bongo to power, people of Gabon have been witnessing a resurgence of ritual crimes whose perpetrators and sponsors (politicians) enjoy total impunity. Should I still repeat to you that these crimes consist in the removal, while the victims are still alive, of organs (eyes, tongue, clitoris, lungs, heart, blood ...) for fetishist purposes?

People of Gabon know that the ritual murders are sponsored by those in power, in search of glory, power, longetivity and money. Should I tell you that ministers of the current government, known to be among the closest to Ali Bongo, have been named in these cases without Ali Bongo being moved, to say the least?

The fight against the scourge of ritual crimes in Gabon has earned people of this country the support of the hacktivists Anonymous in numerous messages, starting with a stricking and eyes opener one dropped back on 13 April, 2013. The fight of Anonymous and now various number of people in social media continues, in particular with the operation DeathEathers (#OpDeathEaters), until justice is done in Gabon and all other the world against deatheaters or paedosadists exterminating children! Do you want to get yourself into that spiral of denounciations in social media?

You are therefore asked to question yourself about the sense your presence in Gabon will make. Thousands will ask themselves how much those like you who come to the support of Ali Bongo respect the rights of citizens and human life. Thousands might be left wondering if the values you profess are universal, whether what is valid in the U.S. is also valid in our country. How should we interpret the fact that you are ready to come endorse an anti-democratic, illegitimate and brutal power that deprives many Gabonese of their civil, union and political rights solely because they have stated loudly and clearly their opposition to a monarchical and outrageous devolution of power?

How will you explain that you are indifferent to the fate of our children slaughtered for fetish purposes? How is it that some would prefer to close their eyes to the fact that our children are crammed into classrooms of over a hundred students, Ali Bongo having not seen fit to build one single school since his accession to power, has come to requisition the locker room of a football stadium to serve as a classroom? Not to mention that right now, as we speak, teachers and other public servants have been on strike for over 2 months for right reasons, but the only way Ali Bongo and his government deal with them is by teargasing them when they dare to protest peacefully on the street? At the same time the government says it can't afford to give the workers what they deserve, we learned (via Mediapart) that the Bongo family has set a corrupt system that permits them of looting millions of dollars out of the country resources; controlling pretty much the whole economy of Gabon, without telling the people!

How to understand that you are ready to be associated with an event which cost so much in a country where women still give birth on the floor, where the students of the only university in the country are studying in more than deplorable conditions, where people still have to pay so much to get proper treatments or die of low fatal rate diseases in so-called hospitals?

Convinced that you did not know what you were getting yourself into, and that you have respect to human dignity, freedom, rights of children to live their lives without being butchered for fetishes, equal opportunity and that you place human dignity above all, you are now asked to reconsider in all conscience, your participation to a show that will glorify, in time of high social tensions, a dictator and deatheater, Ali Bongo.

Use your conscience, your humanity and refrain from taking part in this event which is a pure communication operation to the glory of dictator Ali Bongo.

For good practice, you are informed that the contents of this note will be communicated to the press, civil societies and human right organizations and activists worldwide.

Don't fall easily for money; humanity should not be lost from your part, at this crucial moment of Gabon history.

The World is watching. Kool & The Gang!


Citoyen Libre Gabon
@gabonishere

25/03/2015

lundi 9 mars 2015

#Gabon-Ritual killings: THE UNPUNISHED MASSACRE OF MABOUGNIE

Gabon/Ritual killings (warning: graphic pictures)
THE UNPUNISHED MASSACRE OF MABOUGNIE

THE biggest ritual murder of Gabon's history goes back to the night of 25 to 26 July 2006 in Mabougnié, a town on the border of the province of the Moyen-Ogooué (Lambaréné).

An octogenarian, Véronique Lekohouin, her daughter Véronique Massibenguilé (55), her granddaughter Kessany Myriam, 32, her great-grandchildren, Dieudonné Aaiun, 4, and Mary Mirianice Kombila Ibiatsi, 3 months, who lived all in Mawongo, a village located in the mining region of Mabougnié, were exterminated with a machete by Justin Massandé, a man, 44, adopted at a young age by the family of the victims.

The man had committed the killing with his friend, Anatole Mboma, with the complicity of Massandé Valentin, Pierre Claver Nzanga Anatole Nzanga and Diasbo Mouloungui. Thes criminals have removed organs and drawn blood on their victims. After their dirty work, they burned the five bodies in an attempt to remove traces of mutilation.

A few days after the massacre that shocked the whole country, Massandé Mboma and his sidekick reported committing the massacre at the request of a woman, Jeanne Bombé, sister-in-law of Martin Mabala, Minister of Forestry at the time of the events. They said that it was the latter who had sponsored the massacre.

Jeanne Bombé was finally arrested. But she was released with the pressure from Minister Mabala, who was in France and had to rush back to Libreville after the announcement of the arrest of the sister of his wife. To prevent police officers from arresting his sister-in-law, he hosted her at his home.

During the ministerial reshuffle after the tragedy, Martin Mabala was appointed Minister of Justice. Curiously, it has not worked hard for the truth in this case, even if the all five people exterminated were part of his in-laws.

During his preventive detention, Anatole Mboma died at the Central Prison in Lambaréné. Jeanne Bombé also died in August 2014. Other people involved in the massacre were released and continue to take it easy. As if nothing had happened.


Find the full story in ''the ugly face of Gabon '', to be released soon in France.


Jonas Moulenda (gabonese investigative journalist in exile in France)
Echos du Nord
Marc 08, 2015








#Gabon-Crime rituel: LE MASSACRE IMPUNI DE MABOUGNIE

Gabon/Crime rituel/ (Attention: Images choquantes)
LE MASSACRE IMPUNI DE MABOUGNIE

LE plus grand crime rituel de l’histoire du Gabon remonte à la nuit du 25 au 26 juillet 2006 à Mabougnié, localité située aux confins de la province du Moyen-Ogooué (Lambaréné).

Une octogénaire, Véronique Lekohouin, sa fille, Véronique Massibenguilé (55 ans), sa petite-fille Myriam Kessany, 32 ans, ses arrière-petits enfants, Dieudonné Ayounè, 4 ans, et Mary Mirianice Kombila Ibiatsi, 3 mois,qui vivaient tous à Mawongo, une bourgade située dans la région minière de Mabougnié, ont été exterminés à l'aide d'une machette par Justin Massandé, un homme de 44 ans, adopté dès son jeune âge par la famille des victimes.

Le quadragénaire avait commis l'extermination en compagnie de son ami, Anatole Mboma, avec la complicité de Valentin Massandé, Pierre Claver Nzanga, Anatole Nzanga et Diasbo Mouloungui . Les criminels ont prélevé des organes et soutiré du sang sur leurs victimes. Après leur basse besogne, ils ont brûlé les cinq cadavres pour tenter de faire disparaître les traces de mutilation.

Quelques jours après le massacre qui a choqué le pays tout entier, Massandé et son acolyte Mboma ont déclaré avoir commis ce massacre à la demande d'une femme, Jeanne Bombé, belle-soeur de Martin Mabala, ministre des Eaux et Forêts au moment des faits. Ils sont précisé que c'était ce dernier qui avait commandité ce massacre.

Jeanne Bombé a été finalement arrêtée. Mais elle a été libérée sous la pression du ministre Mabala, qui se trouvait en France et qui avait regagné précipitamment Libreville après l'annonce de l'arrestation de la soeur de son épouse. Pour empêcher les officiers de police d'aller arrêter sa belle-soeur, il l'a hébergée à son domicile.

Lors du remaniement ministériel intervenu après le drame, Martin Mabala a été nommé ministre de la Justice, Garde des Sceaux. Curieusement, il n'a pas oeuvré pour la manifestation de la vérité dans cette affaire. Or, toutes les cinq personnes exterminées faisaient partie de sa belle-famille.

Pendant la détention préventive, Anatole Mboma a trouvé la mort à la prison centrale de Lambaréné. Jeanne Bombé est, elle aussi, morte en août 2014. Les autres personnes impliquées dans le massacre ont recouvré la liberté et continuent à se la couler douce. Comme si de rien n'était.


Retrouvez l'histoire complète dans ''LA FACE HIDEUSE DU GABON,'' à paraître prochainement en France.

Jonas Moulenda (journaliste gabonais en exile en France)
Echos du Nord
08 mars 2015











dimanche 1 mars 2015

COMPLAINT TO THE ICC FOR RITUAL CRIMES COMMITTED IN #GABON


COMPLAINT TO THE ICC FOR RITUAL CRIMES COMMITTED IN GABON

Now nothing will be as before. Ritual crimes in Gabon will no longer remain unpunished. Sponsors and authors will soon be accountable. 

With the Gabonese diaspora in Europe, Desiré and I decided to go to the headquarters of the International Criminal Court (ICC) in Holland to file a complaint against Ali Bongo, Maixent Accrombessi and Alfred Edmond Nziengui Madoungou for murders with organ harvesting.

These are recognized as crimes against humanity by the Rome Treaty ratified by Gabon. The Gabonese justice does not punish the perpetrators of ritual crimes because the members of the government are involved, we decided to action and push things at an higher level.

We have already gathered a team of five French and Belgian lawyers, who are currently working on the case to make sure it is ready for legal procedures. I sent them all the evidence that I held, fruit of my fourteen year old work on the field tracking ritual killings in Gabon. In a few weeks we will go to the Netherlands to file the complaint in due form.

Enough is enough! Gabon has suffered too much from the bestial instinct of its rulers. All the evidence we have in our possession show clearly the responsibility of Ali Bongo and his collaborators in ritual crimes, which had boomed since this regime came to power in 2009.

Jonas Moulenda
(Gabonese Journalist now in exile in France)



Une plainte à la CPI pour les crimes rituels commis au #Gabon


UNE PLAINTE À LA CPI POUR LES CRIMES RITUELS COMMIS AU GABON

Désormais rien ne sera comme avant. Les crimes rituels commis au Gabon ne resteront plus impunis. Commanditaires et exécutants vont bientôt rendre des comptes. 

Avec la diaspora gabonaise en Europe, Désiré et moi avons décidé d'aller au siège de la Cour pénale internationale (CPI) en Hollande pour déposer une plainte contre Ali Bongo, Maixent Accrombessi et Alfred Edmond Nziengui Madoungou pour assassinats avec prélèvements d'organes.

Ceux-ci sont reconnus comme des crimes contre l'humanité par le Traité de Rome ratifié par le Gabon. La justice gabonaise ne punissant pas les auteurs des crimes rituels du fait qu'il s'agit des membres du pouvoir, nous avons donc décidé de passer à la vitesse supérieure.

Nous avons déjà pris cinq avocats Français et Belges, qui montent actuellement la procédure. Je leur ai transmis toutes les preuves que je détenais, fruit d'un travail de quatorze ans sur le terrain. Dans quelques semaines, nous irons au Pays-Bas pour déposer la plainte en bonne et due forme.

Trop c'est trop ! Le Gabon a trop souffert de l'instinct bestial de ses gouvernants. Tous les éléments que nous avons en notre possession font clairement ressortir la responsabilité du pouvoir d'Ali Bongo et de ses collaborateurs dans les crimes rituels, qui ont connu leur boom depuis son arrivée au pouvoir.

Jonas Moulenda
(Journaliste gabonais, présentement en exil en France)

28/02/2015



mercredi 25 février 2015

#Gabon: Concertation des Gabonais des USA: Déclaration de Franck Jocktane

Déclaration d’Atlanta, le 21 Février 2015
 
Gabonais, Gabonaises, très chers compatriotes. Je voudrais tout d’abord remercier tout ceux qui ont participé de loin ou de prêt à l’organisation de ses travaux d’Atlanta de la diaspora des Gabonais politiquement engagés en Amérique du Nord.

Je suis heureux de me trouver parmi vous afin de m’exprimer librement. Mon parti politique est l’Union Nationale, je suis aussi membre actif de la coalition des Gabonais des États-Unis.

Je suis venu à Atlanta pour m’adresser à vous, à nos compatriotes de par le monde et à la communauté nationale et internationale.

J’aimerais surtout m’adresser à vous en tant que Franck Jocktane. Notre pays se porte très mal et je ne vais pas m’élaborer ici en long et en large pour vous le démontrer.

Socialement le pays est en faillite, car le bien a été remplacé par le mal, dans nos mœurs des perversions ont été introduites, déboussolant toute une génération de gabonais.

Économiquement, le pays est en faillite, car l’usurpateur et ses complices ont réussi à engloutir plus de 15,000 Milliards de FCFA en cinq ans, sans rien produire de positifs sur le terrain pour nos populations.

Politiquement, Ali Bongo s’est hissé frauduleusement au pouvoir avec la complicité de certains Gabonais. Nos institutions ont toutes été prises en otage.

Je suis venu à Atlanta afin d’ajouter à la voix de tous : que je suis d’accord, Ali Bongo Ondimba doit quitter le pouvoir à mon humble avis, pas dans les heures qui suivent, pas dans les jours qui suivent, pas dans les semaines qui suivent, pas dans les mois qui suivent, ni les années qui suivent, mais maintenant.

Pourquoi doit-il partir ? Parce qu’il n’est pas bon pour notre nation.

1.     C’est un faussaire, il a présenté de faux documents pour sa candidature à la course présidentielle de 2009.
2.     C’est un usurpateur, il a volé le pouvoir, crime très grave envers notre nation.
3.     Il est illégal parce qu’il a violé l’article 10 Alinéa 4.
4.     Jusqu'à présent, à moins de nous prouver le contraire, il est non Gabonais.

Ali Bongo Ondimba et ses sbires n'ont pas le droit de faire du Gabon ce qu’ils sont entrain de faire.

Avec toute la richesse du Gabon où sont nos hôpitaux, nos routes, nos écoles, nos infrastructures? Pourquoi le Mali, et je n’indexe pas, pays qui a moins de richesse que nous, et une population beaucoup plus importante que la nôtre, est mieux structuré que nous.

Pourquoi pour réussir au Gabon, il faut appartenir à une loge maçonnique, soit disant que l'on ne te voit pas.

Pourquoi nos jeunes diplômés ont du mal à trouver de l'emploi? Pourquoi la prostitution masculine et féminine est elle devenue une pratique d'ascension politique, sociale et économique ?

Nous sommes donc dans nos droits de protéger notre nation. Nous sommes dans nos droits de libérer notre pays le Gabon. Et nul, ni personne, ne nous empêchera de désirer de vivre mieux. Nous sommes des hommes et des femmes et nous nous attendons à vivre comme des êtres humains et non comme des animaux.

Nous sommes unanimes, notre objectif est la quête du pouvoir pas pour notre bien être personnel, mais pour notre bien être collectif. Sauvons l'âme Gabon avant qu'il ne soit trop tard.

De ce fait, je salue tous les actes de résistance et de défiance. Je veux encourager les grèves. Nous devons paralyser le pays. Puisque l'on ne veut pas entendre nos revendications légitimes. Montrons à ce gouvernement tyrannique et inique que nous ne sommes pas ses sujets. Il gouverne parce que nous les gouvernés nous le leur permettons.

Dans notre défiance, notre résistance est justifiée. Nous luttons pour notre bien être et le bien être des générations futures. J’encourage donc mes compatriotes à être ordonnés, de ne rien détruire de ne pas être violents. Cependant, je veux que cela soit clair: la vie est sacrée, nous n'avons qu'une seule vie, préservons la. Par conséquent j'invite mes compatriotes à se défendre. Pas question que l'on nous tire dessus à balle réelle et que nous ne nous défendions pas. Pas question que l'on nous arrête pour nous violer nos droit fondamentaux en sodomisant certains d’entre nous. Nous allons nous défendre.

Jusqu’à présent, ce n'est que nous qui souffrons; sachez que dorénavant cette souffrance que vous nous infligez nous allons la partager équitablement. La pression que vous appliquez sur nous, sachez la même intensité vous la ressentirez chez vous.

Nous ne serons pas les agresseurs, mais nous allons nous défendre.

Ali Bongo Ondimba n’est pas en mesure de dialoguer avec nous; il est illégal. J’étais pour une CNS et non un CND. Je m'explique une CNS a été refusée par Ali Bongo Ondimba et les siens. Je suis donc pour une Assemblée Constituante. Nous devons remettre toutes nos institutions à plat. Nous devons créer un Gabon par le peuple pour le peuple et issu du peuple. Nous devons créer des mécanismes nous permettant de punir et récompenser ceux qui nous gouvernent.

Nous devons restaurer le pouvoir au peuple Gabonais. Le CND, le conseil national de la démocratie, a pour objectif de faire survivre le système qui nous oppresse nous n'en voulons plus.

Merci de m'avoir écouté et que Dieu bénisse le Gabon.




samedi 20 décembre 2014

#GABON: LE POUVOIR PDG-BONGO TENTE D'ASSASSINER LE JOURNALISTE JONAS MOULENDA...

LE POUVOIR PDG-BONGO TENTE D'ASSASSINER LE JOURNALISTE JONAS MOULENDA...

Libreville (Gabon), 19 Décembre 2014

«J'AI ÉTÉ EXFILTRÉ DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE PAR LA GENDARMERIE»

J'ai été séquestré plus d'une heure durant à l'Assemblée nationale ce vendredi en fin de matinée. Après l'alerte donnée aux autorités, jai été exfiltré par la gendarmerie, qui m'a ensuite conduit dans les locaux de la Police judiciaire (PJ).


Alors que je me trouvais à mon bureau, j'ai reçu un coup de fil du premier questeur de cette institution, Jonathan Ignoumba, une connaissance de longue date, qui m'a demandé de le rejoindre à son bureau.


Ne me doutant de rien, je m'y suis rendu à bord de mon véhicule. J'étais seul, mon chauffeur étant parti le matin faire ma transaction financière à la banque. A mon arrivée, le député Jonathan Ignoumba m'a prié de prendre place dans son salon privé, attendant l'entretien qu'il accordait à des visiteurs.


Cinq minutes plus tard, il m'y a rejoint. D'emblée, il m'a fait expliqué qu'il m'avait fait venir pour parler d'un article paru dans mon journal au sujet d'un présumé trafiquant d'organes humains, qui n'est autre que le collaborateur du président de l'Assemblée nationale, Félicien Moudionzo, élu dernièrement sénateur à Koula-Moutou.


Il m'a informé que ce dernier et ses proches cherchaient à m'abattre et qu'ils m'avaient absenté le matin à mon bureau. Pendant que nous nous entretenions, le sieur Moudionzo et ses lieutenants ont fait irruption dans la salle, menaçant de me refroidir à l'aide d'une arme à feu de type pistolet qu'il avait dissimulée dans la poche de son pantalon.


Le député Ignoumba, son collègue Clotaire Ivala et d'autres personnes présentes dans la salle se sont interposées. A ce moment, il a feint de se calmer et sollicité une discussion à huis clos, demandant au propriétaire du bureau et ses visiteurs de se retirer momentanément pour qu'on explique.
 

Esseulé, il a verrouillé la porte du bureau, menaçant de m'abattre, clamant que son honneur avait souillé par l'article de mon collaborateur Wilfried Eyeghe. " Je préfère en finir avec toi aujourd'hui. On ne parlera plus de toi," a-t-il tonné, me brandissant son arme.

A la suite de ces nouvelles menaces, le député Ignoumba est venu cogner fortement à la porte pour qu'il l'ouvre, ce qu'il a fait. Se sentant contrarié, M. Moudionzo a décidé d'aller m'attendre au hall. Après avoir vainement tenté d'apaiser son esprit, Jonathan Ignoumba s'est vu contraint d'appeler la gendarmerie en poste à l'Assemblée pour m'exfiltrer des lieux, après l'alerte que j'ai donnée aux autorités.


Quatre agents sont arrivés et m'ont fait sortir par une issue de secours débouchant à l'arrière de l'hémicycle de l'Assemblée nationale. M. Moudionzo, qui a suivi le geste, est allé m'attendre au parking où j'avais garé mon véhicule.


Pour contourner la difficulté, un agent de l'institution m'a embarqué à bord de son véhicule de marque Toyota Corollaire en compagnie de deux gendarmes avant de m'exfiltrer des lieux. Il m'ont escorté jusqu'à la Police judiciaire pour faire la déposition.


Informé, Moudionzo a appelé le chauffeur et l'a menacé parce qu'il m'a aidé à quitter les les lieux. Tenant coûte que coûte à m'abattre, il a débarqué au siège du journal avec ses lieutenants. Il y a été interpellé par la PJ et conduit au poste.


Il a déclaré avoir agi avec la bénédiction du président de l'Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama. "Avant de venir ici, je suis allé voir le président. J'ai sa bénédiction. Je vais en finir avec toi, " a déclaré M. Félicien Moudionzo, drapé de cette couverte et de son statut de nouveau sénateur.


JONAS MOULENDA