dimanche 31 juillet 2011

Gabon: Statement of Union Nationale, July 30, 2011


Gabon: Statement of Union Nationale, July 30, 2011

Ladies and Gentlemen,

On January 25, 2011, to claim his victory, Mr. André Mba Obame self proclaimed himself as President-elect of the Republic of Gabon. That victory was indeed affirmed by eminent French personalities, a French public media, in a documentary publicly funded by French government which Gabonese watched.

The same information should be recalled, had already been given by the U.S. diplomatic telegrams and came to light by the Wikileaks website.

To meet this strong political act, the regime in power, through the Minister of the Interior, instead of filing complaints against public bodies involved in this French documentary, had rather pronounced, by a decree, the dissolution of Union Nationale.

Considering this illegal act, we have seized the Conseil d’État (State Council) June 3, 2011, that it shall declare void the decree of the Minister of Interior which is clearly flawed.

With this normal approach, we expect that the high administrative court to say the law, only the law. Without being naive, given the lack of independence of the judiciary system in our country, we had exhausted most of the legal channels, to show our commitment to the law and demonstrate, where applicable, the limits of it in Gabon.

In dismissing Union Nationale in its decision of July 28, 2011, the State Council has unfortunately not say the law.

The Council of State, following the Government, curiously claims that by accepting the organization of the ceremony of swearing in of Mr. Andre Mba Obame in its premises and by attending Union Nationale is "co-author or least accomplice "of the act committed by the former independent candidate for president early on 30 August 2009.

The Council of State ignores that Mr. Andre Mba Obame was sworn in as a former independent candidate in the last presidential election, election to which Union Nationale did not participate because there was no such party created yet. He also pretended not to know that Union Nationale took part in the ceremony along with other opposition parties who were invited.

In addition, it provides no tangible evidence of the involvement of the Union Nationale as a party in this ceremony, although it has taken place in its premises.

In saying that Union Nationale is co-author of the act, the State Council said then that Union Nationale, a legal person of its own, also sworn in along with Mr. Andre Mba Obame.

We are not fooled because we know what really happened in the Council of State to get there and we have denounced in our statement twenty-four hours before rendering its decision. Should be left triumph interests in power and thus the interests of some judges.

Their personal interests are more important than the future of Gabon and its children.

No biometrics, not Union Nationale, we see what is emerging. The regime in power wants to set aside its main potential enemy in order to get an overwhelming majority in the National Assembly that make people forget about the indelible defeat of August 30, 2009 and the deficit of legitimacy that results from it. Refusal of biometrics, then denied a crucial element of electoral transparency in the legislative elections coming under false pretenses, dissolution of a political party, violatation of the principle of multiparty democracy, the regime in power arrogantly does all it wants, in full knowledge of the international community, fully informed, including the UN, U.S.A, European Union, including France. No reaction from them so far.

Does International community expect that things go wrong to come to play firefighter or the doctor after death? Prevention Is not the royal road to guarantee peace and stability? Is not it in this spirit that the UN Regional Centre for Conflict Prevention was moved to Libreville?

Ladies and Gentlemen,

We want to remind you that Union Nationale, whose dissolution has been confirmed, has six members in National Assembly, three senators and one hundred and fifty-four elected officials, making the party the second political force in the country and the first party of the Opposition.

The dissolution of a political party can not be an ordinary act in a country governed on the rule of law.

The decision of the State Council is still a coup against democracy in our country after those of the Constitutional Court has perpetrated against the popular will as a result of other previous presidential and parliamentary elections.

In Gabon, the existence of a party or political group derives its primary source of Article 6 of the Constitution which provides that "the political parties and groups contribute to the exercise of suffrage. They are formed and are operating freely within the framework set by law, according to the principles of multiparty and must respect the Constitution and laws of the Republic. "

In other words, political parties have a primary mission to enable citizens to participate in the political life of the nation within the frameworks they are organized in. They are the glue and the ferment of democracy. The exercise of suffrage to which they contribute is simply an expression of popular sovereignty which it organizes and facilitates the expression. All this forms the basis of democracy and the Republic system, the power of the people for the people and by the people.

Dissolving a political party is an extremely serious act of negation of the foundation of democracy. This kind of act is the hallmark of dictatorships. You will agree with us that the dissolution of political parties are extremely rare in countries so called democratic. We even have in Central Africa one Head of a political party currently being sued by the International Criminal Court for alleged serious crimes and acts of war inside and outside the country, so far this without that issue leading to the dissolution of his party. Similar cases in other countries where political parties were involved in serious events, including wars without being dissolved are known both in Central, Western and Southern Africa.

Dissolving a political party means that it can no longer take part in political debate, participate in elections or be part of the management bodies and control of elections. But this restriction may not involve the logo, which is an intellectual work which the trademark which is registered and protected. As such, it can not be excluded from any citizen holding a garment bearing the logo of Union Nationale to use it as such.

We condemn with the strongest propensity the Minister of the Interior recurrently flouting of the law by always giving it connotations still draconian. This is probably the mark of the regime to which he belongs and the power he is blindly serving and that led him to kill Union Nationale.

With the overruling on July 28, 2011 of the class action to declare the existence of the decree dissolving Union Nationale illegal, the regime in power in all its components, achieved its goal, that is killing our party.

Yes, obsessive relentlessness of this regime against Union Nationale was at its highest. Yes, the same visceral hostility of the regime in power toward Union Nationale was at its highest. Result does not surprise us then.

But if the Minister of the Interior and the State Council have killed Union Nationale in texts, they can never destroy our beliefs, our determination and faith in this ideal of Gabon for all. Change, the objective of our struggle, will lead us irresistibly.

We want to tell Gabonese people that Union Nationale is not dead. Union Nationale lives and will live forever in our hearts. No law, no prison, no gun can kill that spirit.

This leads me to recall the context and environment in which was born February 10, 2010, the Union Nationale. After the electoral coup of 3 September 2009 at the expense of the candidate Andre Mba Obame, elected August 30, 2009, candidates for the early presidential election after a coalition of political groups and parties to the mix, took the decision to have a major political party of the Opposition to manage Gabon differently, to achieve alternance in power and to end the mismanagement of the power source of poverty, misery and insecurity. The African Movement for Development (MAD), the National Rally of Republicans (RNR) and the Gabonese Union for Democracy and Development (UGDD), convinced of the merits of this goal, agreed, after the heads of groups and their partners ofthese parties agreed to join, to create, through their merger, " Union Nationale ". Thus was it born. What these three parties have raised is a patriotic act in their historic struggle for change in Gabon.

This act can not suffer any diversion from our critics. Yes, it is common to hear people blaming the Executive Secretary of Union Nationale, André MBA Obame for being responsible of the current situation and try to isolate him. It's a waste of time, it is partisan politics that we reject with contempt. They can not divide us.

Similarly, others return to the case of UGDD that I supposedly sold and I do not know to whom, and who seem to feel sorry for myself or take the opportunity to speak evil of me as usual. Faced with these petty maneuver, to them and others, I say I am proud that I lead the fight, with courage and forethought, not for my modest person, but for Gabon. I defend republican values, it is a noble enterprise, and I assume and I will assume forever.

Finally, we say to our gabonese people that the struggle continues and will be built fast enough on the form and means that we will give it. It is clear that we will not remain indifferent to an illegitimate power to gag a very large section of the Gabonese population by depriving it of one of his most basic rights, that to come together in a structure enabling it to express its ideals. We inform you that already we are seizing the Council of Human Rights of United Nations on the case.

Thank you.

Zacharie Myboto.

samedi 30 juillet 2011

Gabon : Déclaration de l'union nationale du 30 JUILLET 2011

Mesdames et Messieurs,

Le 25 janvier 2011, pour revendiquer sa victoire, Monsieur André MBA OBAME a prêté serment dans des formes non constitutionnelles en qualité de Président de la République élu. Cette victoire a, du reste, été affirmée par des personnalités françaises éminentes, sur un média public français, dans un documentaire à financement public français que les Gabonais ont suivi.

Les mêmes informations, faut-il le rappeler, avaient déjà été données par les télégrammes diplomatiques américains et révélés au grand jour par le site Internet Wikileaks.

Pour répondre à cet acte politique fort, le pouvoir en place, par le biais du Ministre de l’Intérieur, au lieu de porter plainte contre les organismes publics français concernés par ce documentaire, a plutôt prononcé, par un arrêté, la dissolution de l’Union Nationale.

Estimant cet acte illégal, nous avons saisi le conseil d’Etat le 3 juin 2011, afin qu’il déclare nul et de nul effet l’arrêté du Ministre de l’Intérieur manifestement entaché d’irrégularités.

De cette démarche somme toute normale, nous attendions que la haute juridiction administrative dise le droit, rien que le droit. Sans pour autant être naïf, compte tenu du manque d’indépendance de la justice dans notre pays, il nous fallait épuiser l’essentiel des voies légales, pour montrer notre attachement au droit et démontrer, le cas échéant, les limites de celui-ci au Gabon.

En déboutant l’Union Nationale dans sa décision du 28 juillet 2011, le Conseil d’Etat n’a malheureusement pas dit le droit.

Le Conseil d’Etat, à la suite du Gouvernement, prétend curieusement qu’en acceptant l’organisation de la cérémonie de prestation de serment de Monsieur André MBA OBAME dans ses locaux et en y assistant, l’Union Nationale est « coauteur ou à tout le moins complice » de l’acte posé par l’ancien candidat indépendant à l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009.

Le Conseil d’Etat feint d’ignorer que Monsieur André MBA OBAME a prêté serment en sa qualité d’ancien candidat indépendant à la dernière élection présidentielle, élection à laquelle l’Union Nationale n’a pas pris part puisqu’elle n’existait pas encore. Il feint aussi d’ignorer que l’Union Nationale a pris part à la cérémonie au même titre que d’autres partis de l’Opposition qui y étaient invités.

De surcroît, il n’apporte aucune preuve tangible de l’implication de l’Union nationale en tant que parti dans cette cérémonie, bien que celle-ci se soit déroulée dans ses locaux.

En disant que l’Union nationale est coauteur de l’acte incriminé, le Conseil d’Etat affirme donc que l’Union nationale, personne morale, a aussi prêté serment au même titre que Monsieur André MBA OBAME.

Nous ne sommes pas dupes car nous savons bien ce qui s’est véritablement passé au sein du Conseil d’Etat pour en arriver là et nous l’avons dénoncé dans notre déclaration vingt quatre heures avant le rendu de sa décision. Il fallait laisser triompher les intérêts du pouvoir en place et partant, les intérêts de certains magistrats.

Leurs intérêts personnels sont donc plus importants que l’avenir du Gabon et de ses enfants.

Pas de biométrie, pas d’Union Nationale, nous voyons bien ce qui se dessine. Le pouvoir établi veut écarter son principal adversaire potentiel et se donner une majorité écrasante à l’Assemblée Nationale pour faire oublier son indélébile défaite du 30 août 2009 et combler le déficit de légitimité qui en découle. Refus de la biométrie, donc refus d’un élément primordial de la transparence électorale pour les élections législatives à venir, sous des prétextes fallacieux, dissolution d’un parti politique, atteinte au principe de la démocratie pluraliste, le  pouvoir fait tout à sa tête au vu et au su de la Communauté Internationale, parfaitement informée, notamment de l’ONU, des États-unis, de l’Union européenne dont la France. Aucune réaction de sa part jusqu’ici.

Attend-elle que les choses se gâtent pour venir jouer au pompier, faire le médecin après la mort ? La prévention n’est-elle pas la voie royale pour garantir la paix et la stabilité ? N’est-ce pas dans cet esprit qu’est installé à Libreville le Centre Régional Onusien de Prévention des Conflits ?

Mesdames et Messieurs,

Nous voulons rappeler ici que l’Union nationale dont la dissolution vient d’être confirmée compte six députés, trois sénateurs et cent cinquante quatre élus locaux, ce qui fait de ce parti la deuxième force politique du pays et le premier parti de l’Opposition.

La dissolution d’un parti politique ne peut pas être un acte banal dans un Etat qui se veut de droit.

Cette décision du Conseil d’Etat est encore un coup d’Etat contre la démocratie dans notre pays après ceux que la Cour Constitutionnelle a perpétrés contre la volonté populaire à l’issue d’autres élections présidentielles et législatives antérieures.

Au Gabon, l’existence d’un parti ou d’un groupement politique tire sa première source de l’article 6 de la Constitution qui dispose : « les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement, dans le cadre fixé par la loi, selon les principes du multipartisme ; ils doivent respecter la Constitution et les lois de la République ».

En d’autres termes, les partis politiques ont une mission principale de permettre aux citoyens de participer à la vie politique de la nation dans les cadres organisés qu’ils constituent. Ils sont le ciment et le ferment de la démocratie. L’expression du suffrage à laquelle ils concourent est tout simplement l’expression de la souveraineté du peuple dont elle organise et facilite l’expression. Tout ceci constitue la base de la démocratie et de la République, le pouvoir du peuple pour le peuple et par le peuple.

Dissoudre un parti politique est donc un acte gravissime puisqu’il vient en négation même du fondement de la démocratie. Ce genre d’acte est la marque propre aux dictatures. Vous conviendrez avec nous que les dissolutions des partis politiques sont extrêmement rares dans les pays qui se veulent démocratiques. Nous avons même en Afrique centrale un Chef de parti politique actuellement poursuivi par la Cour Pénale Internationale pour de présumés crimes graves et des actes de guerre à l’intérieur comme à l’extérieur de son pays sans que pour autant cette mise en cause n’ait entraîné la dissolution de son parti. Des cas similaires dans d’autres pays où des partis politiques ont participé à des évènements graves y compris des guerres sans y être dissous aussi bien en Afrique centrale, occidentale qu’australe sont connus.

Dissoudre un parti politique signifie que celui-ci ne peut plus prendre part au débat politique, ni participer aux élections et encore moins  faire partie des organes de gestion et de contrôle des élections. Mais cette restriction ne peut concerner le logo, qui lui, est une œuvre  de l’esprit dont la marque est déposée et protégée. A ce titre, il ne peut être interdit à tout citoyen détenteur d’un vêtement arborant le logo de l’Union nationale d’en faire usage en cette qualité.

Nous dénonçons avec la plus grande vigueur la propension récurrente du Ministre de l’Intérieur à bafouer le droit en lui donnant toujours des connotations liberticides. C’est sans doute la marque du régime auquel il appartient et du pouvoir qu’il sert aveuglement et qui l’a amené à tuer l’Union nationale.

Avec le rejet, le 28 juillet 2011, du recours en déclaration d’inexistence juridique de l’arrêté portant dissolution de l’Union Nationale, le pouvoir, dans toutes ses composantes, a atteint son objectif, celui de tuer notre Parti.

Oui, l’acharnement obsessionnel de ce pouvoir contre l’Union Nationale était à son comble. Oui, l’hostilité viscérale du même pouvoir envers l’Union Nationale était à son comble. La suite ne nous a donc guère surpris.

Mais si le Ministre de l’Intérieur et le conseil d’Etat ont tué, au niveau des textes, l’Union Nationale, ils ne pourront jamais détruire nos convictions, notre détermination et notre foi dans son idéal d’un Gabon pour tous. Le changement, objet de notre combat, nous y mènera irrésistiblement.
Nous voulons donc dire aux Gabonais que l’Union Nationale n’est pas morte. L’Union Nationale vit et vivra toujours dans nos cœurs. Aucune loi, aucune prison, aucun fusil ne pourra tuer cet esprit.

Cela m’amène à rappeler le contexte et l’environnement dans lesquels est née, le 10 février 2010, l’Union nationale. Après le coup d’Etat électoral du 3 septembre 2009 au détriment du candidat André MBA OBAME, élu le 30 août 2009, des candidats à cette élection présidentielle anticipée, après avoir formé une coalition des Groupes et Partis Politiques pour l’Alternance, ont pris la décision d’avoir une grande formation politique de l’Opposition pour gérer autrement le Gabon, réussir l’alternance et mettre fin à la gabégie du pouvoir, source de pauvreté, de misère et de précarité. Le Mouvement Africain pour le Développement (MAD), le Rassemblement National des Républicains (RNR) et l’Union Gabonaise pour la Démocratie et le Développement (UGDD), convaincus du bien-fondé  de cet objectif, ont convenu, après adhésion des chefs des groupes et leurs collaborateurs à ces partis, de créer, grâce à leur fusion « l’Union Nationale ». Ainsi est-elle née. Ces trois partis ont posé là un acte patriotique historique dans leur lutte en faveur du changement au Gabon.

Cet acte ne peut souffrir aucune diversion de la part de nos détracteurs. Oui, il est courant d’entendre des gens s’en prendre au Secrétaire Exécutif de l’Union nationale, André MBA OBAME pour le rendre responsable de la situation actuelle et tenter de l’isoler. C’est peine perdue, cela relève de la politique politicienne que nous rejetons avec mépris. Ils n’arriveront pas à nous diviser.

De même, d’autres reviennent sur le cas de l’UGDD que j’aurais vendue je ne sais à qui et qui semblent s’apitoyer  sur mon sort ou qui en profitent pour médire de moi comme à leur habitude. Devant ces basses manœuvres, aux uns comme aux autres, je dis que je suis fier du combat que je mène, avec courage et discernement non pour ma modeste personne mais pour le Gabon. Je défends des valeurs républicaines, c’est une entreprise noble que j’assume et que j’assumerai toujours.

Nous disons donc enfin à nos compatriotes que le combat continue et qu’ils seront assez vite édifiés sur la forme et les moyens que nous lui donnerons. Il est clair que nous ne resterons pas indifférents face à un pouvoir illégitime qui bâillonne une très large frange de la population gabonaise en la privant d’un de ses droits les plus élémentaires, celui de se regrouper au sein d’une structure lui permettant d’exprimer ses idéaux. Nous vous informons d’ores et déjà que nous saisissons le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies sur cette affaire.

Je vous remercie.

Zacharie MYBOTO

Gabon: Union Nationale lives and will live forever

  " Union Nationale lives and will live forever in us. No law or gun can kill that ideal."

That in a few words the determination shown by Mr. Zacharie Myboto, President of the Union Nationale, an opposition political party whose dissolution was confirmed a few days ago by Ali Bongo and his henchmen of the State Council. Such dissolution is qualified as totally antidemocratic by UN leaders and supporters.

Mr. Zacharie Myboto speaking during a rally this Saturday, July 30, 2011 at the headquarters of the Union Nationale (UN) located in "Old SOBRAGA" Librebille, Gabon.

Leaders and supporters of Union Nationale are finally facing their fate after the dissolution confirmed by the State Council. Since it is definitely considered a party dissolved, so illegal, by Ali Bongo, those who advocate or sympathize with the UN must now take fate in their hands.

The rally today confirms that the advocates of change and alternation are not about to give up. The fight will continue and we may, with the arrogance repeatedly demonstrated by PDG and Ali Ben Bongo in power, get into a very significant political and social tension in Gabon. One such tension could have unintended negative and serious consequences. As said by Mr Myboto in his speech: "The international community is strangely silent on the excesses of those in power (Ali Bongo and his minions). Will they come as firefighters when the situation deteriorates?"

Now that the Gabonese eager for freedom and change, against 44 years of oppression of Bongo, know they must pull this freedom, we must expect anything in Gabon. Now, everyone must take responsibilities, starting with France and other obscure interests that support a corrupt regime that the Gabonese have been wanting to get rid for far too long already!

That's enough!


Some pictures taken during the event today

Gabon: L'Union Nationale vit et vivra toujours

"L'Union Nationale vit et vivra toujours en nous. Aucune loi, aucun fusil ne pourra tuer cet idéal".

Voilà en quelques termes la détermination démontrée par Mr Zacharie Myboto, président de l'Union Nationale, parti politique de l'opposition dont la dissolution a été confirmée il y a quelques jours par le Ali Bongo et ses acolytes du Conseil d'État. Une telle dissolution est considérée comme totalement antidémocratique par les dirigeants et sympathisants de l'UN.

Monsieur Zacharie Myboto s'exprimait durant un rassemblement organisé ce samedi 30 juillet 2011 au siège de l'Union Nationale (UN) situé au quartier "Ancien Sobraga" à Librebille au Gabon.

Les responsables et partisans de l'Union Nationale sont définitivement face à leur destin après la dissolution confirmée par le Conseil d'État. Étant définitivement considéré comme un parti dissous, donc clandestin, tous ceux qui militent ou sympathisent avec l'UN doivent maintenant prendre le destin entre leur main.

Le rassemblement d'aujourd'hui confirme que les partisans du changement et de l'alternance ne sont pas près de baisser les bras. La lutte va continuer et nous risquons, avec l'arrogance maintes fois démontrée du PDG et de Ali Ben Bongo au pouvoir, d'assister à une montrée très significative de la tension politique et sociale au Gabon. Un telle tension pourrait avoir des conséquences négatives imprévues et graves. Comme le disait Mr Myboto lors de son allocution: "la communauté internationale est bizarrement silencieuse face aux dérives du pouvoir en place (Ali Bongo et ses sbires). Viendra-t-elle jouer les pompiers lorsque la situation va dégrader?"

"Il est clair que nous ne resterons pas indifférents face à un pouvoir illégitime qui bâillonne une très large frange de la population gabonaise en la privant d’un de ses droits les plus élémentaires, celui de se regrouper au sein d’une structure lui permettant d’exprimer ses idéaux. Nous vous informons d’ores et déjà que nous saisissons le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies sur cette affaire", a déclaré Mr Myboto.

Maintenant que les Gabonais avides de liberté et de changement, contre 44 ans d'oppression des Bongo, savent qu'ils doivent arracher cette liberté, il faut s'attendre à tout au Gabon. Que chacun prenne donc ses responsabilités, à commencer par la France et autres intérêts occultes qui soutiennent un régime corrompu dont les Gabonais veulent se débarrasser depuis déjà trop longtemps!

Ça suffit comme ça!


Quelques photos du rassemblement de ce samedi 30 juillet 2011

samedi 16 juillet 2011

Open Letter of Civil Society of Gabon to Prime minister of France

To His Excellency François Fillon

Mr Prime Minister,

With the prospect of a presidential election in France, it is customary that the highest representatives of the French state program a tour of Africa.

We can not comment on the real purpose of the one you are in Gabon for, as the relationships that "unite", or more precisely, that bind Gabon to France are decided in your palaces and those of your personal friends, except with the people of Gabon.

Mr Prime Minister,

Recognizing the true nature of relations between France and Gabon, the engaged civil society, in this open letter, would like to express its profound sense, with the hope that, contrary to custom, you'll finally have the political intelligence to include them in your definition of the interests of France.

Hence, Prime Minister, Gabonese civil society is aware that the French political class, blinded by the defense of its interests, despises the conscience and intelligence of the peoples of the world.

Indeed, Prime Minister more than 50 years after (so call) independence, Gabon is at a crossroads, the country is plunged into an indescribable desolation which key words include:

  • The general state of disrepair of infrastructure (roads, schools, hospitals, housing);
  • The degeneration of 75% of the population;
  • The economic crimes including corruption, as a system of governance: This corruption affects all aspects of the regime: the Bongo family in particular has captured all material and financial resources of Gabon, which is thus the victim of a pillage and plunder of a large scale and shamelessly ....

In the same vein, members of government and heads of institutions affiliated with the ruling Gabonese Democratic Party (PDG) regularly divert budgets allocated to them.

-How to understand that since 2008, with annual budgets estimated at four billion euros on average, Gabon is not able to have a functioning health system?

- How to understand with all means, that Gabonese women continue to die when giving birth per hundred in Libreville and in the provinces?

- How to understand that with so much money the government is not able to build schools that meet international standards, but Gabonese children are crammed into classrooms (80 to 100 students per classroom)?

- How to understand that with so much money the Gabonese have no access to basic needs for water and electricity in Libreville and in the whole country?

- How to understand that this Government has not able to offer its people, decent housing to address the serious housing shortage that affects more than 70% of the population?

- How to understand that Gabon through its defense forces and security continues to use torture on detainees in detention centers of police, gendarme and intelligence services?

- How to understand the central prison in Libreville built for 250 people is now full with more than 2000 prisoners tortured and permanently deprived of all rights?

- How to understand the violation and the rejection of all forms of democratic expression by the Government of Gabon that forbid and punish marches or public demonstrations and meetings of civil society and opposition?

- How then to understand the abusive and illegal use of security and defense forces to violently beat up and kill civilians in Gabon? The example of Port-Gentil (in 2009) is a reminder of the criminal nature of this regime which bulk of power is based on the use of brute force with the help of mercenaries and other illegal forces.

- How can France accept that stolen billion in Gabon by Bongo family members and their allies can be accommodated in French banks, and that the judicial proceeding against the ill-gotten gains are hampered by the French government?

- How is France that promotes democratic values and ethics in the management of public property, to accept the purchase in 2010 in Paris of a building for 100 million euros, while in Gabon people in power can not provide primary health care to population they are supposed to represent?

Mr. Prime Minister, the great France, the country of Human Rights and the Citizen of 1789 should no longer support this criminal regime, this ignominious dictatorship!

France must absolutely choose sides, the camp of democracy and transparency!

France did not hesitate to compromise themselves as with Tunisia, and for that the choice of France must be clear!

To free Gabon of the current state of degradation, civil society supported by national democratic forces requires these:

1. Fundamentally reform the Constitutional Court;
2. Revision of the electoral law;
3. Reforming the National Council for Communication;
4. Reforming CENAP (Permanent electoral commission)  integrating members of civil society;
5. Reduce the presidential term to five (5) years renewable only once;
6. Ensure that the military personnel will be voting outside their barracks as all citizens;
7. Back to elections in two rounds;
8. Proceed with redistricting, taking into account the demographic factor;
9. Get the partners of development (including the international community) involved in the process of electoral transparency;
10. Introduce biometrics into the making of the electoral register;
11. Open the public media to all stakeholders (all people) in the Nation;
12. Amend the Constitution in a referendum to incorporate all the reforms;
13. Set up a Tripartite Commission (majority in power, opposition and civil society) responsible for the implementation of all reforms.

On transparency which is the main problem of the electoral process in Gabon, Mr. Ali Bongo and his government, against all odds and against the will of the people of Gabon have agreed to hold parliamentary elections in 2011 with the current legal provisions that not guarantee the vote in conditions of transparency and credibility. Thus, a widespread fraud is preparing to ensure the falsification and the victory of the PDG in the next election.

Mr Ali Bongo and his government have therefore decided to force a passage, by refusing to introduce biometrics into the electoral process despite the fact that the electoral law on biometrics has been passed and that all stakeholders want electoral transparency.

So, Mr. Prime Minister, it despise us to think that we are not aware that foreign policy, and particularly France's foreign policy in Africa, is based only on circumstantial rhetoric. This talent for rhetoric to defend all the major principles and their opposites: what applies to Libya does not apply to Syria, nor for Yemen. The future of Africa? That expressed by Nicolas Sarkozy in Dakar, is the opposite of what he maintains in Libreville. An electoral coup in Gabon and you pull down the red carpet at Ali Bongo. An electoral coup in Ivory Coast and you launch your missiles at Laurent Gbagbo. Universal principles applicable in France are not applicable in Gabon.

We are outraged to see that you are truly convinced that more than fifty years of (so call) "independence," Gabon is not able to make the file an electoral body equivalent to a district of France. Also outraged to find that before the blinkers you wear with all the scandals in Gabon, fraud has become a model of government that is shockingly clear in the educational system, as the Ministry of Education has distributed numerous baccalaureate and BEPC (high school) exams to their siblings owners of private high schools. We are frustrated to see how often the duplicity by which the country of Human Rights (France) represents and applies according to its affinities, its allegiances.

From the country of Human rights, we have heard no official voice rising to protest the adoption, by law, of a constitution establishing a military-police state in Gabon. It is clear that the aspirations of the Gabonese people will never be part of your concerns. And lead us not speak of non-interference in our internal affairs, you will then force us to state the event to deny that.

Nicolas Sarkozy, after pledging during his campaign to end the paternalistic relations between France and Gabon, has changed sides advocating the "uninhibited relations." We understand that the master of Françafrique has now assumed, without complex, the perpetuation of the inextricable link that unites politicians and businessmen in the corruption, predation of our country.

Mr Prime Minister,

Gabon is your counter. But the Gabonese aspire, against your will, to take charge of their destiny. Gabonese civil society wants to solemnly warn you by telling you our firm determination to reclaim our rights, our freedoms, our sovereignty, our country by all means necessary.

That said, Gabonese civil society like sisters Niger, Senegal, Guinea Conakry ... said, "That's enough! " and decides to take responsibility for our country, the rule of law, one democratic state in which to live.

The Gabonese want to finally be recognized through their leaders by taking into account their votes because so far, the elections were still studded with fraud and multiform incidents.

Excellency, Mr. Prime Minister, prevention is better than cure. So your intervention with gabonese authorities may avoid the fate experienced in Ivory Coast for example.

Ultimately, gabonese authorities must understand that failure to take into account the requirements of civil society on the electoral process and democratic environment in Gabon on one hand, and the resolution of social problems on the other hand, there will be no elections in Gabon.

If necessary, civil society reserves the right to take major actions, aimed at bringing the gabonese government to adopt mechanisms for transparent elections, whatever the price that needs to be paid!

Knowing we can count on your contribution to the establishment of true democracy in Gabon, please accept Prime Minister, the assurance of our highest consideration.

Libreville, Thursday, July 15, 2011

For civil society:


Press Contacts:

Marc Ona Essangui: Brainforest / Publish What You Pay: (241) 07 29 41 40
Georges MPAG: ROLBG: (241) 07 51 99 32
Alain MOUAGOUADI: CONASYCED: (241) 07 39 45 85
Dieudonné MINLAMA: OND: (241) 07 94 87 19
Alain MOUPOPA: African Horizons: (241) 07 75 15 03

(Translated from french by Citoyen Libre)

Lettre ouverte de la société civile gabonaise au premier ministre français


Monsieur le Premier ministre,

Dans la perspective d’une élection présidentielle en France, il est de coutume que les plus hauts représentants de l’État français programment une tournée en Afrique.

Nous ne saurions nous prononcer sur le véritable objet de celle que vous effectuez au Gabon, tant les relations qui « unissent », ou plus précisément, qui ligotent le Gabon à la France sont décidées dans vos palais et ceux de vos amis personnels, à l’exclusion du peuple gabonais.

Monsieur le Premier ministre,

Consciente de la nature véritable des relations France-Gabon, la société civile engagée vient, par la présente lettre ouverte, vous exprimer son sentiment profond, avec l’espoir que, contrairement à l’usage, vous aurez enfin l’intelligence politique de les intégrer dans votre définition des intérêts de la France.

Car, Monsieur le Premier ministre, la société civile gabonaise est consciente que la classe politique française, aveuglée par la défense de ses intérêts, méprise encore la conscience et l’intelligence des peuples du monde.

En effet, Monsieur le Premier Ministre plus de 50 ans après son indépendance, le Gabon est à la croisée des chemins, le pays est plongé dans une désolation indescriptible dont les maîtres mots sont entre autres :

- L’état de délabrement généralisé des infrastructures essentielles (routes, écoles, hôpitaux, habitat) ;
- La dégénérescence de 75% de la population ;
- Les crimes économiques notamment la corruption, érigée en système de gouvernance : Cette corruption touche toutes les sphères du régime : la famille Bongo particulièrement s’est accaparée de toutes les ressources matérielles et financières de l’État gabonais qui est de ce fait victime d’un pillage et d’une spoliation à grande échelle et sans vergogne….

Dans le même registre, les membres du gouvernement et les responsables des institutions affiliés au Parti Démocratique Gabonais au pouvoir détournent les budgets qui leur sont alloués.

Comment comprendre que depuis 2008, avec des budgets annuels estimés à 4 milliards d’euros en moyenne, le Gabon ne soit pas capable de se doter d’un système de santé performant ?

- Comment comprendre qu’avec autant de moyens, les femmes gabonaises continuent de mourir par centaine à l’accouchement à Libreville et en provinces ?

- Comment comprendre qu’avec autant d’argent le gouvernement ne soit pas capable de construire des écoles répondant aux normes internationales, mais au contraire les enfants gabonais sont entassés dans des salles de classe (de 80à 100 élèves) ?

- Comprendre qu’avec autant d’argent les gabonais n’aient pas accès aux besoins fondamentaux en eau et électricité à Libreville et dans tout le pays ?

- Comment comprendre que ce Gouvernement ne se soit pas capable d’offrir à sa population, un habitat décent permettant de régler le grave déficit en logement qui touche plus de 70% de la population ?

- Comment comprendre que le Gabon à travers ses forces de défense et de sécurité continue à pratiquer la torture sur les détenus dans centres de détention de la police, de la gendarmerie et des services de renseignement ?

- Comment comprendre que la prison centrale de Libreville prévue pour accueillir 250 personnes ait aujourd’hui plus de 2000 détenus torturés en permanence et privé de tout droit ?

- Comment comprendre la violation et le refus de toutes formes d’expression démocratique par le Gouvernement gabonais qui interdits et réprime les marches et les meetings de la société civile et de l’opposition ?

- Comment donc comprendre l’utilisation abusive et illégale des forces de sécurité et de défense pour violenter et tuer les populations civiles gabonaises, l’exemple de Port-Gentil vient rappeler le caractère criminel de ce régime dont l’essentiel du pouvoir est fondé sur l’usage de la force brutale avec l’appui des mercenaires et autres forces illégales?

- Comment la France peut –elle accepter que les milliards d’euros volés au Gabon par les membres de la famille Bongo et ses alliés puissent être logés dans les banques françaises, et que la procédure judiciaire en cours contre les biens mal acquis soient entravée par le gouvernement français ?

- Comment la France qui défend les valeurs démocratiques et l’éthique dans la gestion des biens publics, puisse accepter l’achat en 2010 à Paris d’immeuble de 100 millions d’euros pendant qu’au Gabon le pouvoir en place n’arrive pas à fournir les soins de santé primaire à sa population qu’il est sensé représentée ?

Monsieur le premier Ministre, la grande France, le pays des Droits de l’Homme et du citoyen de 1789 ne doit plus soutenir ce régime criminel, cette dictature ignominieuse !

La France doit absolument choisir son camp, le camp de la démocratie et de la transparence !

La France ne doit plus hésiter et se compromettre comme en Tunisie, et pour cela le choix de la France doit être sans équivoque !

Pour sortir le Gabon de l’état de dégradation actuel, la Société Civile soutenue par les forces démocratiques nationales exige ce qui suit :

1. Réformer fondamentalement la cour constitutionnelle ;
2. Réviser de la loi électorale ;
3. Réformer le Conseil National de la Communication ;
4. Réformer la CENAP en intégrant les membres de la société civile ;
5. Ramener le mandat présidentiel à cinq (5) ans renouvelable une seule fois ;
6. Faire voter les militaires hors des casernes comme tous les citoyens et en civil;
7. Revenir aux élections à deux tours ;
8. Procéder au redécoupage électoral en tenant compte du facteur démographique ;
9. Impliquer les partenaires au développement dans le processus de transparence électorale ;
10. Introduire la biométrie dans la confection du fichier électoral ;
11. Ouvrir les médias publics à tous les acteurs de la Nation ;
12. Modifier la constitution par voie référendaire pour intégrer toutes les réformes;
13. Mettre en place une Commission tripartite majorité, opposition, société civile chargée de la mise en oeuvre de toutes les réformes.

Concernant la transparence qui constitue le principal problème du processus électoral au Gabon, Monsieur Ali Bongo et son gouvernement, contre vents et marées et contre la volonté du peuple gabonais, ont décidé d’organiser des élections législatives de 2011 avec les dispositions légales actuelles qui ne garantissent pas la tenue du scrutin dans les conditions de transparence et de crédibilité. C’est ainsi qu’une fraude généralisée se prépare afin d’assurer par la falsification, la victoire du PDG aux prochaines élections législatives.

Monsieur Ali BONGO et son gouvernement ont par conséquent décidé de faire un passage en force, en refusant d’introduire la biométrie dans le dispositif électoral malgré le fait que la loi sur la biométrie ait été votée et que toutes les parties prenantes veuillent la transparence électorale.

Ainsi, Monsieur le Premier ministre, c’est nous mépriser que de penser que nous ne sommes pas conscients que la politique étrangère, et particulièrement africaine de la France ne s’appuie que sur de la pure rhétorique circonstancielle. Cette rhétorique qui a l’art de défendre tous les grands principes et leurs contraires : ce qui vaut pour la Lybie ne vaut pas pour la Syrie, ni pour le Yémen. L’avenir de l’Africain ? Celui exprimé par Nicolas Sarkozy, à Dakar, est le contraire de celui qu’il entretient à Libreville. Un coup d’Etat électoral au Gabon et vous déroulez le tapis rouge à Ali Bongo. Un coup d’Etat électoral en Côte d’Ivoire et vous lancez vos missiles sur Laurent Gbagbo. Les principes universels en vigueur en France ne sont pas applicables au Gabon.

Nous sommes outragés de voir que vous êtes véritablement convaincus qu’en plus de cinquante ans d’ « indépendance », aucun Gabonais n’est capable de confectionner le fichier d’un corps électoral équivalant à un arrondissement de chez vous, outrés de constater que, devant l’oeillère que vous portez sur tous les scandales du Gabon, la fraude est devenue un modèle de gouvernement qui se manifeste scandaleusement, dans le système éducatif, depuis le ministère de l’Education nationale qui a distribué de nombreuses épreuves du baccalauréat et du BEPC à leurs fraters propriétaires de lycées privés. Nous sommes exaspérés de constater avec quelle fréquence la duplicité par laquelle le pays des Droits de l’Homme les symbolise et les applique au gré de ses affinités, de ses allégeances.

Du pays des droits de l’Homme, nous n’avons entendu aucune voix officielle s’élever pour dénoncer l’adoption, par voie législative, d’une constitution instaurant un Etat militaro-policier au Gabon. Il est donc clair que les aspirations du peuple gabonais ne feront jamais partie de vos préoccupations. Et ne nous parlez pas de non ingérence dans nos affaires intérieures, vous nous obligeriez à vous énoncer les cas qui le démentent.

Nicolas Sarkozy, après s’être engagé, lors de sa campagne électorale, à mettre fin aux relations paternalistes entre la France et le Gabon, a tourné casaque en prônant des « relations décomplexés ». Nous comprenons que le maître de la Françafrique assume désormais, sans complexe, la perpétuation du lien indéfectible qui unit la classe politique et les hommes d’affaires dans la corruption, pour la prédation de notre pays.

Monsieur le Premier ministre,

Le Gabon est votre comptoir. Mais les Gabonais aspirent, contre votre volonté, à prendre en main leur destin. La société civile gabonaise veut solennellement vous mettre en garde en vous affirmant notre ferme détermination à nous réapproprier nos droits, nos libertés, notre souveraineté, notre pays par tous les moyens.

Au regard de ce qui précède, la société civile gabonaise à l’instar de ses soeurs du Niger, du Sénégal, de la Guinée Conakry… dit : « ça suffit comme çà ! » et décide de prendre ses responsabilités pour faire de notre pays, un État de droit, un État démocratique où il fait bon vivre.

Les gabonais veulent enfin se reconnaître dans leur dirigeants par la prise en compte de leur vote car jusque là, les élections ont été toujours émaillées de fraudes et d’incidents multiformes.

Excellence, Monsieur le Premier Ministre, la prévention vaut mieux que la guérison. Ainsi, votre intervention auprès des autorités gabonaises évitera au Gabon le triste sort qu’a connu la Côte d’Ivoire par exemple.

En définitive, que les autorités gabonaises comprennent qu’en cas de non prise en compte des exigences de la société civile sur le processus électoral et l’environnement démocratique au Gabon d’une part, et la résolution des problèmes sociaux d’autre part, il n’y aura pas d’élections au Gabon.

Le cas échéant, elle se réserve le droit d’entreprendre des actions d’envergure, visant à amener le gouvernement gabonais à adopter les mécanismes nécessaires à la transparence électorale ce, quel qu’en soit le prix !

Sachant pouvoir compter sur votre contribution à l’instauration d’une vraie Démocratie au Gabon, nous vous prions d’agréer Monsieur le Premier Ministre, l’expression de notre considération distinguée.

Fait à Libreville, le jeudi 15 juillet 2011

Pour la société civile :


Contacts presse :

Marc ONA ESSANGUI : Brainforest/Publiez ce que vous Payez : 07 29 41 40
Georges MPAGA : ROLBG : 07 51 99 32
Alain MOUAGOUADI : CONASYCED : 07 39 45 85
Dieudonné MINLAMA : OND : 07 94 87 19
Alain MOUPOPA : Afrique Horizons : 07 75 15 03

vendredi 15 juillet 2011

Répartition des rentes et la stabilité politique dans les États pétroliers: cas du Gabon

(Traduit de l’anglais - Extraits du livre en référence sur le cas du Gabon)

Guinée équatoriale et Gabon: Les contradictions du Rentiérisme

Le Gabon et la Guinée équatoriale sont tous les deux fortement dépendants du pétrole - depuis le début des années 1970 dans le premier cas, assez récemment dans le second. Incontestablement, les revenus du pétrole jouent un rôle crucial dans les deux entités politiques. Pourtant, comme nous allons chercher à le montrer dans la brève analyse suivante du rentiérisme selon le paradoxe de l’abondance 17 de Basedau / Lacher : pour les deux états, les effets que les revenus du pétrole ont eu sur la distribution de la rente (pétrolière) en tant que moyen de gouvernance et de contrôle ne peuvent pas être réduits à des propriétés qui sont spécifiques aux ressources, mais dépendent dans une large mesure de facteurs tels que les relations de pouvoir pré-pétrole et des pratiques politiques, ainsi que l'intégration du politique dans le système international - des facteurs qui ont jusqu'à présent été largement négligés dans la recherche quantitative sur la « malédiction des ressources ». Par ailleurs, le paradoxe apparent de ces deux états représentent par rapport à une relative «inégalité durable» (Cramer, 2003), dans laquelle le patronage et la prédation gouvernementale sont accompagnés par la stabilité politique, permet des conclusions plus générales sur les conséquences du patronage et de la distribution à grande échelle pour le changement social, et leurs implications pour la prédisposition pro-conflit des sociétés rentières. Dans les deux cas, il devient évident que la répartition des revenus pétroliers par le biais des réseaux de patronage a pour effet de favoriser l'instabilité politique, puisqu’une telle distribution (de la richesse) conduira inévitablement à une lutte pour l'accès aux rentes. Toutefois, les rentes - qui représentent le seul revenu significatif dans ces pays - sont monopolisées par la classe dirigeante, et l'accès aux rentes est très limité, aucune force contestataire de l'extérieur de la classe dirigeante ne peut alors émerger. Le cas du Gabon et la Guinée équatoriale montrent que, tandis que l'effet de rente classique de la distribution à grande échelle est certainement rendu possible que par des quantités énormes de revenus du pétrole, les mécanismes rentiers ne peuvent pas simplement dépendre du niveau des rentes. Enfin, ils mettent en évidence certains des problèmes méthodologiques importants impliqués dans la recherche sur la politique de ressources.

Gabon: Rentiérisme et ses alliés extérieurs

Contrairement à la Guinée Équatoriale, le rentiérisme pétrolier (ou l’économie de rente pétrolière) a dominé l'économie politique gabonaise pour la majeure partie de son existence souveraine - représentant la part principale des recettes d'exportation et des recettes publiques depuis le début des années 1970 - et de production pétrolière devrait diminuer au cours de la prochaine décennie ( EIU 2004). Comme on pouvait s'y attendre d'un pays affichant, sur une période de plus de trente ans, un niveau exceptionnellement élevé des revenus pétroliers par habitant, le Gabon présente quelques caractéristiques de la distribution à grande échelle, qui se traduit dans ses dépenses publiques considérables, un important secteur public, ainsi que les dépenses d'éducation et de santé qui sont sensiblement supérieurs à la moyenne de l'Afrique subsaharienne (Banque mondiale 1997). Cependant, un examen plus attentif soulève des questions sur la nature du rentiérisme gabonais en termes de catégories que le présent article propose. Ainsi, la répartition inégale de la richesse est comparable à celle de la Guinée équatoriale voisine, et la pauvreté reste très répandue malgré les richesses pétrolières de longue durée. Des dépenses élevées en matière d'éducation et de richesse n'ont pas donné de résultats significatifs, et le palmarès en matière de santé du Gabon est encore comparable à celui des pays pauvres d'Afrique subsaharienne (Banque mondiale 1997).

Par ailleurs - et contrairement à ce que les indicateurs de corruption semblent suggérer - la prédation des revenus du pétrole persiste au plus haut niveau de l'État. Les enquêtes ont estimé que, au cours des dernières décennies, un quart des revenus du pétrole n'a jamais atterri dans le budget du gouvernement (Gardinier, 2003). L'argent du pétrole engraisse les réseaux de patronage, en fournissant un soutien politique pour le président Omar Bongo, qui a gouverné le pays depuis 1967 (EIU 2004). Nous sommes donc confrontés à une co-existence apparente de politiques distributives relativement à grande échelle incluant le patronage ou le favoritisme à travers des réseaux personnels, ce qui soulève la question de savoir laquelle des deux mécanismes a joué un rôle majeur dans l’établissement de la base qui a servi à la longévité du régime Bongo. Par ailleurs, la combinaison des politiques distributives à grande échelle avec les réseaux de patronage n'explique pas la stabilité politique dont le Gabon a été le témoin, mais au contraire peut être mieux utilisée pour expliquer l’augmentation de la probabilité de conflits violents, puisque la concurrence (politique) sur les revenus du pétrole et les troubles sociaux causés par volatilité des prix du pétrole et la diminution de la production sont tous les deux susceptibles de déstabiliser la base du pouvoir du président Bongo. Comment, alors, peut-on expliquer la quasi-absence de conflits violents au Gabon?

Basedau / Lacher: selon « Le Paradoxe 21 de l'abondance, Les politiques du gouvernement » - en particulier pendant le boom pétrolier des années 1970 et début 1980 – le Gabon a clairement opté pour la distribution à grande échelle grâce à l'expansion du secteur public. Alors que la population du Gabon a doublé au cours des trois premières décennies de son indépendance, « l'emploi dans le secteur public a été multiplié presque par douze» (Gardinier 2003: 252). Toutefois, la baisse des prix du pétrole depuis le milieu des années 1980 a conduit à une longue récession, une augmentation du chômage, et un endettement croissant en raison de la mauvaise gestion et l'inefficacité des projets d'investissements d'infrastructure qui ont forcé le régime à geler les salaires et à réduire l'emploi dans le secteur public (Yates 1996: 123 - 136). La base de la puissance supposée du régime, les employés du secteur public, s'est avérée être une source d'instabilité politique, puisque les pressions vers la réforme politique - résultant en une réinstallation superficielle de pluralisme politique - ainsi que les troubles civils et les émeutes proviennent de ces groupes (Yates 1996, Gardinier 2003).

Dans un contexte de vulnérabilité macroéconomique, deux autres facteurs se sont avérés plus efficaces en fournissant un soutien au régime que la cooptation de la classe moyenne par la distribution à grande échelle. Tout d'abord, la corruption flagrante de hauts fonctionnaires a permis l'établissement des réseaux de patronage centrés sur le président Bongo. Composée d'un nombre limité de familles importantes, liées entre elles par des mariages, ce réseau doit aussi sa stabilité à l'équilibre ethnique délicat par laquelle elle se caractérise, ainsi que l'intégration (ou la cooptation) de puissants adversaires politiques (Barnes 2003). Deuxièmement, l'appui politique, économique et militaire de l’extérieur a été et demeure crucial pour la préservation de la stabilité politique. En effet, le rôle joué par les compagnies pétrolières étrangères et les gouvernements, surtout de la France, peut difficilement être surestimée. Par exemple, il n’y a que peu de doute que le régime aurait été renversé par les troubles civils en 1990 s'il n'y avait pas eu d'intervention militaire française qui a rétabli l'ordre et soutenu le gouvernement de Bongo dans la crise (Yates 2005). La corruption qui, depuis longtemps caractérise le secteur pétrolier gabonais, n'a été possible qu'avec la conformité ou la complaisance des compagnies pétrolières étrangères, principalement les branches de Elf (maintenant Total) et Shell au Gabon, avec «la connaissance et l'approbation tacite du gouvernement français» (Barnes 2003: 323). Paris a également joué un rôle efficace dans la fourniture au régime de prêts - permettant à Bongo d’enrayer les mesures d'austérité impopulaires - et démontré sa complicité avec les fraudes massives auxquelles on assiste régulièrement aux élections gabonaises (Gardinier 2003, Barnes 2003). Encore une fois, la relation spéciale qu’entretient le régime gabonais avec la France a des traditions considérables ou profondes - l'intervention militaire française de 1990 n'était pas sans rappeler une précédente en 1964, lorsque la France a remis au pouvoir le prédécesseur de Bongo après un coup d'État - et peut difficilement être qualifiée de rien d’autre que de néo-coloniale. C'est seulement récemment que de plus en plus les intérêts américains dans le pétrole africain ont dirigé l'attention du président Bongo vers les États-unis pour le soutien.

Ainsi, toute discussion sur les liens entre rentiérisme, les structures de pouvoir et les conflits au Gabon doit considérer le rôle crucial joué par des acteurs extérieurs. Alors que le régime est sous pression nationale ou interne exigeant la maîtrise de la corruption, la réforme politique et la préservation du paradoxe de l’abondance 22 de Basedau / Lacher, soit la distribution à grande échelle des revenus du pétrole, le soutien externe a modifié les rapports sociaux de rentiérisme à l'avantage du gouvernement. Tant le déclenchement du conflit que les réformes politiques ont été empêchés par l'assistance des entreprises et des gouvernements étrangers, et la stabilité politique a prévalu - comme les réseaux de patronage du régime Bongo.

Alors que la recherche quantitative prédominante sur le lien entre la richesse basée sur les ressources naturelles et les conflits violents s’est jusqu'à présent concentrée sur les luttes de pouvoir et la faisabilité matérielle de la rébellion, le cas de la Guinée équatoriale et du Gabon montre que ces recherches ont négligé l’importance des ressources non rentières comme facteurs qui façonnent les systèmes et déterminent leur stabilité (voir aussi Humphreys 2005). Comme le montre l'exemple de la Guinée équatoriale, la structure politique pré-pétrole a un impact décisif sur le modèle de répartition de la rente. Alors que le cas du Gabon met en évidence l'importance des relations internationales liant l'État rentier à l'économie politique mondiale. Par ailleurs, les dynamiques politiques évidentes au Gabon mettent la lumière sur les mécanismes causaux qui sous-tendent la corrélation remarquable entre les systèmes de distribution à grande échelle et la stabilité politique. De toute évidence, «l'effet de rentier» tenu pour responsable de l'autoritarisme et des conflits dans les États pétroliers - en raison de l'indépendance de la classe dirigeante des revendications sociétales et de la concurrence sur la recherche de rente (Ross 2001, 2003) - a été surestimé.  Le Gabon ainsi que les monarchies du Golfe montrent que différentes formes de d’imputabilité du régime existent dans les États rentiers avec les systèmes de distribution à grande échelle, ce qui ouvrirait la voie à la pression sociale sur la classe dirigeante. Le changement social généré par une telle distribution, en particulier grâce à l'éducation supérieure et de l'autonomisation économique, contribue au processus de réforme politique actuellement en cours - à des degrés divers - dans les monarchies du Golfe, qui peut être la source de la stabilité politique ainsi que des conflits (Ehteshami 2003). Cependant, comme en témoigne le Gabon et la Guinée équatoriale, les réseaux de patronage, de la sécurité privatisée et l'intervention étrangère peut inhiber la formation ou la force de pressions sociétales, tout en fournissant une base de pouvoir relativement stable pour la classe dirigeante.

Source: Matthias Basedau and Wolfram Lacher, A Paradox of Plenty? Rent Distribution and Political Stability in Oil States, GIGA Research Program: Dynamics of Violence and Security Cooperation, No 21, Hamburg, April 2006